Communiqués

Zones commerciales dans les Monts du lyonnais ? INTERVIEW n°4 avec les personnes de l'Espace Temps Accueil Insertion Solidarité
Samedi 26 Février 2011

Le Collectif pour une Politique Citoyenne continue ses interviews d'acteurs locaux sur un sujet à polémique : la création de nouvelles zones commerciales ou l’extension de celles existantes et l’installation prévue de magasins hard discount sur le territoire des Monts du Lyonnais.

Après celles d’Hervé Boinon, vice président de la fédération des unions commerciales OSER.,
http://www.forumsocialvillages.org/index.php?p=communiques&afficherAssociation=25&page=2&afficherCommunique=73

de Bernard CHAVEROT, président du SIMOLY
http://www.forumsocialvillages.org/index.php?p=communiques&afficherAssociation=25&page=2&afficherCommunique=82

et celle d’André GRANGE, président du Conseil Local de Développement,
http://www.forumsocialvillages.org/index.php?p=communiques&afficherAssociation=25&page=1&afficherCommunique=91

nous avons souhaité donner la parole à des consommateurs, clients potentiels de la grande distribution. Plutôt que de faire un micro trottoir, nous avons fait le choix d’interviewer des personnes rencontrées dans le cadre des activités de l’ETAIS*

Ont participé à l’entretien : Monica et Mireille de Ste Foy l’Argentière, Frédéric et Huguette de St Martin en Haut, Yvonne de St Genis l’Argentière, Maurice de St Laurent de Chamousset, Christine de Brussieu, Florent de St Symphorien sur Coise, Joseph d’Aveize et Françoise l’animatrice de l’ETAIS.
Nous les remercions pour l’accueil chaleureux et leur implication.


QUESTION : Lorsque vous faites vos courses, où vous approvisionnez-vous ?

REPONSE : Là où c’est le moins cher.
Recherché : la proximité et les prix surtout
Intermarché à Souzy (3 personnes), Lidl à Chamboeuf et à l’Arbresle, Carrefour Market à St Symphorien, au plus près parce que je n’ai pas de voiture et pour des raisons de santé pour me forcer à marcher, je vais à Vival St Laurent deux fois par jour mais c’est plus cher,

Moi j’aime bien aller à Lidl à l’Arbresle. Quand on me le propose, j’y vais … j’en profite pour faire les grosses provisions
Moi, je fais mes commissions selon la pub de la semaine, les promotions par la pub dans les boîtes aux lettres.


QUESTION: Comment y allez-vous ?

REPONSE:

Avec mon fils ou avec une amie.

QUESTION: Lidl à Chamboeuf (dame de St Martin) Comment y allez-vous ?

REPONSE: Avec le mini bus de l’Etais. Cela fait partie de l’action Alimentation « comment mieux se nourrir avec un petit budget ? » , qui a été mise en place avec les acteurs sociaux du secteur des Hauts du Lyonnais. Il n’y a pas simplement les accompagnements aux courses. L’idée est de réfléchir à comment s’approvisionner ; on compare les prix dans différents magasins... On couple tout ça avec un atelier cuisine pour essayer d’utiliser les produits achetés dans ces magasins discount mais aussi cuisiner les produits de saison trouver sur les marchés du secteur, auprès des producteurs locaux, etc…

QUESTION: S’il n’y avait pas l'accompagnement avec l’Etais, comment feriez-vous ?

REPONSE: J’irais dans les petits magasins.

QUESTION: Donc, actuellement, pour accéder à des magasins Discount, il vous faut une aide ?
REPONSE: Oui

QUESTION: Est-ce que les produits achetés dans les magasins discount sont moins chers ?
REPONSE: Oui

QUESTION: Est-ce que vous pouvez nous en dire un peu plus sur les prix comparés… Vous avez quelques différences de prix ?

REPONSE: Pour les produits de base tels que le sucre, la farine, l’huile, le lait, les yaourts…, on a comparé les prix entre Intermarché, Carrefour Market , ED (maintenant DIA) : c’est moins cher à Lidl.

Par exemple, le lait écrémé coûte 0,53€ à Lidl et au moins 0,70€ à Intermarché. Il y a aussi une différence de prix sur les alcools, par exemple sur le vin ou les apéritifs liquoreux .

Ce qui est en projet avec le groupe alimentation, c’est qu’on fasse aussi la comparaison avec Carrefour Market qui vient de mettre en vente une ligne de produits à prix discount. On a juste fait quelques courses pour l’atelier cuisine : il y a des prix qui se rapprochent des prix Lidl. Il faut qu’on regarde le plus près.
Les yaourts, ça vaut le coup à prix discount à Carrefour Market à l’Arbresle.

Sur ces mêmes produits, quels sont les prix à Vival ?
Je ne sais pas du tout, je n’ai jamais fait de comparaison puisque je ne vais que là.

QUESTION: Au niveau gustatif, est-ce que vous constatez des différences ?

REPONSE: Moi, je ne trouve pas de différence.
Moi, j’ai constaté qu’il y avait moins de matière grasse dans les yaourts à Lidl… C’est pas tout à fait les mêmes produits Mais sur le sucre par exemple, on voit pas la différence.
Les yaourts sont très bons à Lidl.

QUESTION: Est-ce que vous avez comparé les prix d’une même chaîne de magasins entre Tarare, l’Arbresle ou autre ?

REPONSE: Lidl, c’est toujours les mêmes prix quel que soit l’endroit, même sur les produits frais, alors que chez Leclerc ou Carrefour, les prix changent selon les magasins.
A Tarare, il y en a un paquet de magasins mais ce n’est pas à côté.

QUESTION: Ce qui veut dire que dans les Monts du Lyonnais, si on veut acheter moins cher, il faut se déplacer.

REPONSE: Oui. … et maintenant, avec le coût du carburant …
Intermarché, comme pour moi qui ne conduit pas, on a le choix : soit se faire conduire, soit y aller à pied mais, pour revenir avec un caddie, c’est pas pratique. Il n’y a pas de transport.
A Ste Foy, certaines personnes qui se connaissent se regroupent pour prendre un taxi.

QUESTION: Avez-vous fait des comparatifs de prix en incluant le coût du déplacement ?

REPONSE: Non parce que … c’est cher le gas-oil.
Moi quand je descends, je reviens avec une bonne cargaison mais je ne pourrais pas descendre toutes les semaines.
Quand on peut, on descend à plusieurs et on participe aux frais de déplacement.

QUESTION: Concrètement, vous faites les provisions pour combien de temps ?

REPONSE: A peu près trois mois parce que je congèle aussi. Je vis toute seule mais comme j’ai souvent plein de monde à la maison, il faut que je prévoie.

QUESTION: Et pour les produits frais (fruits, légumes, etc…), comment faites- vous ?

REPONSE: On achète aussi sur les marchés locaux ; certains produits sont chers qu’en grande surface et ils sont plus frais. Même si parfois, il y a des promotions intéressantes en grande surface, alors là c’est moins cher.
Pour les fromages, on en trouve à des prix très avantageux sur le marché à Ste Foy.

QUESTION: Quand vous achetez sur les marchés, c’est pour des raisons de coût ou aussi pour des qualités de fraicheur?

REPONSE: Pour un peu tout, la qualité aussi.

QUESTION: Et aider les producteurs à vivre, est-ce que c’est une motivation ou pas ?

REPONSE: Moi, je vais volontiers chez les petits producteurs.
Moi, j’irais si c’était moins cher… un petit producteur de légumes sera toujours un peu plus cher qu’un gros vendeur, qu’un revendeur.

QUESTION: A votre avis, pourquoi ?

REPONSE: Parce qu’il doit moins vendre, parce qu’il estime que c’est plus frais.
Mais ça dépend des produits. Par exemple, en pleine saison, les cerises sont moins chères chez les petits producteurs…. Donc il faut savoir jongler, comparer, faire le tour du marché pour repérer les prix avant d’acheter.


QUESTION: Et vous faites les fins de marché ?

REPONSE: Au marché à Ste Foy, ils ne connaissent pas trop ; ils disent qu’on mendie !
Ici, ça ne marche pas. … ils préfèrent mettre à la benne ou donner aux poules du voisin.

QUESTION: Est-ce qu’il faut défendre les marchés ?

REPONSE: Oui, malheureusement, ils diminuent. Par exemple, à St Symphorien, quand j’étais petit il durait toute la journée maintenant à 15H, c’est fini.
A St Laurent aussi, il a bien diminué.
En même temps, les marchés la semaine, si on travaille … on ne peut pas les faire… on voit surtout les personnes âgées. Ce qui marche le mieux, c’est les marchés du samedi.


QUESTION: Et pour un aliment de base tel que le pain, comment faites-vous ?

REPONSE: Moi, je vais à Ste Foy car à St Genis, il n’y a rien.
Moi, je prends du pain pour une semaine sinon, il faut toujours courir.
Il se conserve mieux s’il vient du boulanger.

QUESTION: Et pour la viande ?

REPONSE: En grande surface.
J’achète un poulet sur le marché et il me fait une semaine. Je ne mange pas de viande rouge.
A côté de Lidl, il y a Grand Frais, la viande est bien
A St Laurent Viande, on peut acheter des cassettes. Sur le marché aussi, ils font des prix si on prend en grande quantité.

QUESTION: Vous dites qu’à Brussieu, il n’y a plus aucun commerce, est-ce le cas dans d’autres communes ?

REPONSE: A St Genis, Montromand, les Halles, Souzy et peut-être encore d’autres.

QUESTION: Est-ce un manque pour vous ?

REPONSE: Bien sûr.
Ca pose un problème pour les personnes âgées et pour celles qui ne conduisent pas.
Au village, les anciens je sais pas comment ils font. Je sais que Michel, le Casino de La Giraudière, fait les livraisons si on lui téléphone. Idem à Ste Foy

QUESTION: Est-ce que vous connaissez des magasins qui ont été installés par les municipalités ?

REPONSE: Nous à St Genis, il y en avait un mais il a fermé au bout de six mois. Il n’y avait pas assez de produits.
Il y a un projet à Brussieu.

QUESTION: S’il y avait des manques, des besoins sur le territoire, ce serait quoi pour vous ?

REPONSE: Un Lidl, ou Aldie … un magasin Discount, ça manque énormément.

QUESTION: Mais si on installe un magasin Discount par canton, se posera toujours le problème du déplacement.

REPONSE: Il faudrait l’installer entre Ste Foy, St Genis et St Laurent ! On aurait le choix entre deux grandes surfaces parce qu’aujourd’hui Intermarché a le beau rôle ! Il n’y a pas de concurrence.

QUESTION: Au-delà des prix, quels sont les autres intérêts d’un magasin Discount ?

REPONSE: C’est moins grand, il y a moins la peur de la foule. Les gens sont moins tentés on y va pour telle ou telle chose, on n’achète pas plus qu’on a besoin.

QUESTION: Mais dans ces magasins, il y a de plus en plus de choix, on peut donc aussi être tenté non ?

REPONSE: Mais c’est plus petit et il n’y a pratiquement que de l’alimentaire.
On ne retrouve pas cette ambiance des grandes surfaces, où tout est organisé pour qu’on consomme.

QUESTION: Vous souhaitez l’installation d’un magasin Discount plus proche mais ça ne résout pas le problème des déplacements. Donc, petit commerce de village ?

REPONSE: Trop cher !
Trop cher !
Une salade coûte 0,90€ à Intermarché et 1,10€ au Petit Casino et elle ne se conservera pas mieux !
A Ste Foy, les personnes âgées ne peuvent pas aller à Inter, mais le Casino ou chez M Boinon, c’est trop cher !

QUESTION: Est-ce qu’on pourrait imaginer que les personnes à très faibles revenus fréquentent les magasins de villages avec un système, une carte par exemple, pour payer moins cher ?

REPONSE: J’ai vu à la télé, les gens ont accès à des produits moins chers.
On pourrait l’imaginer dans tous les magasins un peu comme chez « tous en famille », les gens qui ont la carte payent à peu près 10% moins cher. Avant ça s’appelait « l’association des familles » … en fait c’est pour ceux qui ont beaucoup d’enfants mais on pourrait imaginer ça pour les personnes âgées ou celles qui ont de faibles revenus.
On aurait résolu le problème de transport et en plus on protégerait la planète !


QUESTION: Dans votre situation, la protection de la planète, l’écologie, ce sont des choses qui vous interpellent ?

REPONSE: Même si on n’a pas d’argent, ça nous interpelle quand même. Si on avait des magasins plus près, on ne se déplacerait pas.
A Intermarché, il y a des mini bus qui amènent des papys et des mamies des alentours.

QUESTION: Pour résumer : quelles sont vos demandes ?

REPONSE: Magasins à prix Discount mais ils ne sont pas à proximité donc soit on a les moyens de se déplacer ou un accompagnement dans le cadre de l'action « comment mieux se nourrir avec un petit budget » qui nous aide, entre autre, dans notre mobilité ou appel à notre entourage (famille, voisin, amis) + les marchés pour les produits frais et les fromages achetés aux producteurs locaux.

Il faut : magasins discounts plus près et, en complément, des magasins de proximité qui prendraient en considération les revenus des gens (système de carte). La solution doit être multiple. Le petit commerce est aussi un lieu de rencontre, les personnes âgées apprécient.

Ce qui pourrait être bien aussi, c’est le commerçant qui livre. S’ils le font pas on peut imaginer un autre organisme qui ferait ça, gérer par la commune ou par un privé : ça évite les déplacements donc moins de pollution et ça crée du lien.

OK, les livraisons mais on aime bien voir les produits et puis on a besoin de convivialité, de rencontre.


*ETAIS : Espace Temps Accueil Insertion Solidarité Espace associatif d’accueil situé à Sainte Foy l’Argentière.


Propos recueillis par Jean Louis GAUTHIER le 21 janvier 2011 Collectif pour une politique citoyenne dans les Monts du lyonnais

Réponses / Réactions

Cet échange est très intéressant. A faire remonter aux élus pour développer le petit commerce de proximité. C'est vrai il est plus cher mais accompagné d'un dispositif pour accorder des réductions aux familles, aux personnes à petit revenu, ça peut (peut-être) être efficace. Je pense que les CCAS des communes devraient être associés à une réflexion de ce type. En tout cas bravo à l'intervieweur et aux interviewés! Il faut que le CLD se saisisse de cette réflexion car mieux vivre dans les Monts du Lyonnais c'est aussi tout ça...
Annie Poirot 26/02/2011 18:53

Ce que j\'entends de ces entretiens est : \"On ne peut pas faire autrement que d\'aller où c\'est le moins cher\". Si l\'on veut, pour des raisons sociales et écologiques évidentes, développer le commerce locale, cela passe donc par une aide aux plus démunis dans les magasins habituels, ou par un épicerie solidaire itinérante. Ça doit pouvoir se justifier même financièrement si l\'on intègre le coût du transport pour les grandes surfaces éloignées, surtout pour personnes sans voiture (minibus de l\'étai, transport à la demande...). 26/02/2011 20:17
Michelle Clément

Je prends donc la suite pour apporter mon témoignage à ce qui précède. Pour ma part, j\'ai traversé avec ma famille une période très difficile au niveau de mon budget \"alimentation\" et j\'ai eu recours aussi aux magasins hard-discount ? Très vite, et à part quelques produits de base, j\'ai tourné le dos à ce type d\'alimentation. En effet, les magasins sont éloignés de notre docimile et de plus la qualité des produits laisse à désirer au niveau nutritionnel. D\'autre part,les conditions de travail des personnels des magasins hard discourt sont plus que discutables... Quitte à faire des kilomètres (j\'ai la chance d\'avoir un véhicule pour mon travail) j\'ai privilégié les céréales en vrac, les achats groupés avec d\'autres consommateurs et par là même moins chers ainsi que les marchés locaux pour les produits frais, les yaourts faits maison et quand j\'en avais le temps je cuisinais des gratins et autres plats familiaux roboratifs. Ceci dit, je suis d\'accord que même sur les marchés locaux, les commerçants ne jouent pas le jeu et par exemple ne font pas de prix avantageux à la fin des marchés ! cette pratique se perd et s\'est bien dommage car elle procède aussi de la solidarité locale. Les commerçants locaux peuvent aussi faire des prix sur des produits dont la date limite est très proche voire faire profiter des produits qui viennent de se périmer dans les 48 heures ? une épicerie sociale, bien sûr et surtout avec la crise elle devrait exister depuis longtemps. La plupart des personnes à petits revenus et sans moyens de transport se sentent en marge et auraient réellement besoin de solutions locales, adaptées, anonymes et solidaires... à poursuivre... 27/02/2011 18:11
Colette Suzanne

Apporter une réponse


Afin d'éviter les messages automatisés,
merci d'inscrire en chiffres le résultat de cette opération : huit + huit